Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Tjikan
Atelier des speakers sur le changement climatique : Parler le même langage pour mieux communiquer

Le Réseau des Speakers en Langues Nationales pour le Développement (RESLAND) en collaboration avec l’Agence de l’Environnement et du Développement Durable (AEDD) et le PNUD a organisé un atelier de formation des speakers en langues nationales sur le changement climatique. C’était du 6 au 7 octobre derniers à Maison de la Presse sous la présidence du président du réseau Marc Coulibaly. L’objectif de cet atelier était de leur permettre de parler le même langage pour pouvoir mieux communiquer en langues nationales sur le changement climatique.
D’entrée de jeu, le président du RESLAND, Marc Coulibaly précisera que cet atelier a pour but de renforcer les capacités des speakers face à certaines terminologies en langues nationales. 
 

« Le monde des langues nationales devient de plus en plus confronté à un problème de traduction. Il ya certains termes sur le changement climatique qui ne sont pas faciles à traduire en langue nationale, pourtant c’est le problème majeur de notre société » a-t-il expliqué. Avant de souligner que cet atelier a regroupé une cinquantaine de speakers et le but est de parler le même langage surtout le langage environnemental.

Selon lui, le changement climatique a produit certains effets auxquels les agriculteurs ont du mal à s’adapter. Toute chose qui fait que ceux qui sont quotidiennement en contact avec le milieu rural ont besoin de quelques outils dont le renforcement de leurs capacités pour mener à bien leurs missions.

Pour lui, le but recherché est que les speakers soient en mesure de bien donner l’information dans le langage rural.

« Il faut qu’on parle le même langage pour mieux éclairer la lanterne des auditeurs. Plus de 90% des Maliens font recours aux langues nationales en matière d’information » a-t-il indiqué. Et d’ajouter que cet atelier permettra de mettre à la disposition de tous les participants un document de travail, de renforcer le partenariat avec l’AEDD afin de pérenniser cette activité. Mais aussi, créer un cadre d’échange avec les chercheurs linguistes et mettre les acquis de l’atelier à la disposition de l’ensemble des speakers.

Pour la représentante de l’AEDD Mariam Kouyaté, cet atelier est très important pour sa structure. « Comprendre et parler nos langues nationales est un atout grandiose pour nous. Mais diffuser l’information dans nos langues nationales est bénéfique car tout le monde comprendra ainsi ce qui se passe dans le pays » a-t-elle conclu.

Aoua Traoré

09 Octobre 2015

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés