Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Force conjointe G5 Sahel : Ce qui divise

Même si des questions de fond ont été posées en présence des États-Unis lors du Sommet G5 Sahel à l’Assemblée générale de l’ONU, l’épineuse question de financement, l’articulation force G5 et forces de l’Onu fait toujours l’objet de débat.

La réunion sur le G5 Sahel tenue en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, avec les présidents des cinq pays du groupe, mais avec aussi Emmanuel Macron, Alpha Condé, président en exercice de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’UA, ou encore la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini et le secrétaire général de l’ONU António Guterres n’a permis de faire une lecture consensuelle sur la question.

Lancé le 2 juillet dernier à Bamako, à la faveur d’un sommet extraordinaire du G5 Sahel, qui regroupe les cinq pays les plus exposés à la menace terroriste au Sahel, en présence des chefs des États impliqués (la Mauritanie, le Niger, le Tchad, le Burkina Faso et le Mali), la force militaire conjointe décidée par ces cinq pays devrait être opérationnelle en septembre. Composée de 5 000 éléments, le financement de la force devra coûter 450 millions d’euros. Mais seulement un quart du budget nécessaire au lancement de cette force a été obtenu. Il s’agit de 50 millions financés par l’Union européenne, 10 millions de chaque État membre, et 8 millions de la France. Il reste donc encore beaucoup d’argent à trouver. Dans l’entourage des chefs d’État du G5, beaucoup ne cachent pas qu’ils attendent un soutien plus important de l’ONU.

Pour la France, le bilan de la mise en place de la force conjointe est pour l’instant « satisfaisant ». Lors du dernier sommet du G5 Sahel à Bamako, Emmanuel Macron avait même exhorté ses homologues à prouver l’efficacité de leur force sur le terrain dès que possible pour convaincre leurs partenaires internationaux encore réticents de mettre la main à la poche. Mais sur le terrain, celle-ci commence doucement à se mettre en place. Son quartier général a ainsi été inauguré par IBK le 9 septembre à Sévaré, dans le centre du Mali, et ses premières opérations n’ont pas pour l’heure d’indications précises. La question cruciale de financement, articulation force G5 et forces de l’Onu… qui ont fait l’objet de débats restent toujours sans réponse.
La réunion de haut niveau, pour inciter la communauté internationale à soutenir la force antiterroriste conjointe du G5 Sahel n’a pas soldé sur succès total. Même si un représentant américain était bien présent au rendez-vous, ce lundi à New York, une marque d’intérêt encourageante pour la délégation du G5, jusqu’à présent, les Américains se montrent très méfiants face à la création de la force conjointe.
Selon une source Onusienne, ce sont d’ailleurs les réticences de Washington qui avaient notamment été à l’origine d’une résolution à l’ONU de soutien à minima en juin dernier, sans aide financière. Car pour les Etats-Unis, pas question de signer un chèque en blanc à travers l’ONU pour un nouveau projet de force africaine dont ils doutent de la concrétisation sur le terrain. Surtout que le président Donald Trump compte réduire au maximum le coût des opérations de maintien de la paix. « Il y a un mois encore, les Américains disaient vouloir soutenir le G5, mais au travers des coopérations bilatérales, sans doute pour garder la main sur les cordons de la Bourse », indique la même source à nos confrère de RFI.

En tout cas, même si c’est à un niveau intermédiaire, puisqu’il s’agissait d’un conseiller de la sécurité intérieure, le Homeland Security, selon nos confrères de Jeune Afrique, les chefs d’États du G 5 estiment que cette présence américaine marque qu’une légère évolution et un intérêt pour l’opérationnalisation de la force. Le besoin crucial est des ressources financières prévisibles et durables. Selon eux, il ne faut plus envoyer les militaires risquer leur vie sans savoir s’il y’aura vraiment et durablement les moyens de cette guerre.

Bréhima Sogoba

L’Indicateur du Renouveau du 20 Septembre 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2016 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés