Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Tjikan
Violation de la zone aéroportuaire : Le Maire du District Adama Sangaré défie le ministre Mohamed Ali Bathily

La violation de la zone aéroportuaire continue toujours malgré les mises en garde des autorités à travers le Ministère des Domaines qui a appelé les auteurs (acheteurs et vendeurs) à respecter cet espace classé d’utilité publique depuis 1995. Ce qui en fait un espace incessible et inaliénable.

Si dans un passé récent, c’était la zone aéroportuaire du côté de Faladiè-Est qui était la cible des spéculateurs fonciers avec la complicité de certains agents de l’ancienne équipe de la mairie de la Commune VI, de la Mairie du District de Bamako et de la chefferie de Faladiè, force est de constater que c’est la zone aéroportuaire de Kalabancoro qui est de nos jours, leur nouvelle cible. Comme à Faladjè, il n’est pas rare de voir des véhicules envahir l’espace avec des géomètres en train de mesurer cet espace pourtant déclaré d’utilité publique. Les potentiels acheteurs reçoivent généralement l’information selon laquelle, ces espaces ont été défalqués de la zone aéroportuaire. Ce qui les motive à entrer dans le jeu des spéculateurs fonciers. Ce qui est faux. La zone aéroportuaire, d’une superficie de 7194 ha a bien été affectée à l’Etat en 1995. Des villages entiers ont été évacués de cette zone pour servir d’aéroport. L’espace était jusque-là un peu à l’abri des délinquants fonciers jusqu’en 2012 lorsque le pays a été plongé dans une crise institutionnelle et sécuritaire avec le coup d’Etat militaire qui a renversé le régime du président ATT. C’est à partir de ce moment que la zone a connu une véritable convoitise. Le nom de l’ancien ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires Foncières, David Sagara est longuement cité dans cette affaire de spéculation foncière dans la zone aéroportuaire pendant la transition. Il est accusé d’avoir vendu une soixantaine d’hectares de cet espace. Et le ministre Bathily ne cessait d’attirer l’attention de l’opinion nationale dans ce sens même quand il était à la tête du département en charge de la Justice. Et une fois nommé ministre des Domaines, il a dénoncé la responsabilité de David Sagara dans cette affaire.
C’est sans doute la vente de l’espace à des entreprises privées et publiques qui a entrainé un sentiment de laisser-aller total. C’est pourquoi de nos jours, la zone aéroportuaire est la nouvelle convoitise des prédateurs fonciers. Certains acheteurs de la zone ont même eu l’audace de s’organiser en association pour se faire passer en victimes. 

Le Maire du District toujours sur le banc des accusés
Selon des sourcesproches de la Mairie de la Commune de Kalabancoro, c’est le Maire du District de Bamako, Adama Sangaré qui est derrière le morcellement de la zone aéroportuaire du côté de Kalabancoro. La semaine dernière, nous avons vu des géomètres avec d’autres personnes sur le terrain (vers Zougoumé) entrain de morceler l’espace. Selon les mêmes sources, le Maire Tiècoura Hamadoun Diarra s’apprête à faire déguerpir dans les jours à venir, les occupants illégaux de la zone aéroportuaire. Cette information nous a été confirmée par un des proches du ministre chargé des Domaines.

Récemment, la même Mairie de Kalabancoro à travers un de ces centres secondaires (Nèrèkoro) avait mobilisé la police pour sécuriser la zone aéroportuaire de Kalabancoro et la mettre à l’abri des spéculateurs fonciers.

M.D

Du 20 Octobre 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés