Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Presse
Terrorisme : Semaine très meurtrière au nord et au centre

Cette semaine a été marquée par la mort de plusieurs soldats maliens ainsi que des casques bleus dans différentes attaques dont la plupart a été revendiquée par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, organisation djihadiste née de la fusion de plusieurs groupes du Sahel et dirigé par le djihadiste malien , Iyad Ag Ghaly.

Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, organisation jihadiste née de la fusion de plusieurs groupes du Sahel, a revendiqué l’attaque ayant tué deux soldats maliens dans le nord du Mali dans la nuit de mardi à mercredi, a rapporté jeudi le centre américain de surveillance des sites jihadistes
.

Des hommes armés ont attaqué le village de Soumpi, à une vingtaine de kilomètres de la ville de Niafunké, avait indiqué mercredi le ministère malien des Forces armées, faisant état d’un bilan de deux militaires tués et un blessé, ainsi que "deux à trois véhicules perdus".

"Une brigade de moudjahidine a monté une attaque contre le camp de Sumpi, dans le cercle de Niafunké, qui garde (le site) de la société française Satom", indique le groupe jihadiste, lié à Al-Qaïda, dans un communiqué cité par SITE.

"Après l’attaque surprise et des échanges de tir, au cours desquels au moins deux soldats ont été tués et d’autres blessés, tandis que les autres prenaient la fuite, le camp a été mis sous contrôle. Un véhicule et des armes, munitions et équipements militaires ont été saisis, et des véhicules militaires et civils ont été incendiés", ajoute le communiqué.

Dans un communiqué séparé, également cité par SITE, le groupe —Nusrat al-Islam wal-Muslimeen, de son nom original en arabe— a revendiqué une attaque le 23 octobre contre le camp de la gendarmerie du village Ouan, dans le centre du Mali, au cours de laquelle "deux gendarmes ont été tués et un autre blessé".

Ce nouveau groupe jihadiste est né de la fusion, annoncée le 2 mars, des groupes Ansar Dine d’Iyad Ag Ghaly, Al-Mourabitoune de Mokhtar Belmokhtar et l’Emirat du Sahara, une branche d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
Il est dirigé par Iyad Ag Ghaly, dont le mouvement Ansar Dine a fait partie des organisations jihadistes ayant contrôlé le Mali durant près de dix mois, à la faveur d’une rébellion touareg.

Par ailleurs, dans un communiqué hier après-midi, la Minusma a annoncé qu’ « hier A vers 14:30, un véhicule de la Force de la MINUSMA qui escortait un convoi logistique a heurté une mine ou un engin explosif improvisé sur l’axe Tessalit-Aguelhok ».
Enfin 15 combattants islamistes ont été "mis hors de combat" dans le nord du Mali lors d’une opération de la force française Barkhane qui a mobilisé des avions de chasse, des hélicoptères d’attaque et des forces au sol, a-t-on appris jeudi auprès de l’état-major de l’armée française. Ces membres d’Ansar Dine ont été "mis hors de combat (c’est-à-dire tués ou capturés) lors d’une opération qui a mis en jeu une "frappe de Mirage 2000, des tirs (d’hélicoptère) Tigre et une intervention au sol", selon le porte-parole de l’état-major

Les jihadistes avaient été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, qui se poursuit actuellement.

MD Avec AFP

L’Indicateur du Renouveau du 27 Octobre 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés