Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Autres Actus
Le chérif Ousmane Madani Haidara à propos des 150 ha offerts par IBK à la communauté ançardine

« Je ne savais pas que cela pouvait poser un problème, mais si tel est le cas, je n’ai pas encore pris les documents du terrain… »

Le dimanche 10 décembre dernier, lors de sa traditionnelle conférence de presse qu’il anime après chaque maouloud, le chérif Ousmane Cherif Madani Haïdara, le guide spirituel des ançars, a eu à donner des précisions sur les 150 ha offerts par le gouvernement malien à sa communauté, un sujet qui défraie la chronique aujourd’hui au Mali.

Face à la presse malienne, le chérif Ousmane Cherif Madani Haïdara a assuré que le don fait par le président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta est dû aux différentes sollicitations qu’il fait, depuis fort longtemps, auprès du pouvoir afin d’avoir un endroit convenable pour tous les fidèles musulmans. « J’ai demandé ça au nom de tout les musulmans pour qu’au moins le jour où le maouloud va coïncider avec un match de football, on puisse avoir un endroit. En 2011 il y a 36 morts lors du Maouloud au stade omnisport. Donc si les autorités décident de nous donner 150 ha, c’est mon droit et celui de tous les Maliens », a indiqué le guide religieux.

Selon lui, à cause de la vive polémique autour du sujet, le président de son association, Ançardine Internationale, est prêt à acheter un terrain à hauteur de milliard s’il le faut pourvu qu’il renonce aux 150 hectares. « Je ne savais pas que cela pouvait poser un problème, mais si tel est le cas, je n’ai pas encore pris les documents du terrain… Le président de Ançardine international m’a demandé de renoncer aux 150 ha, ils sont prêts à acheter un endroit à des milliards s’il le faut », explique le célèbre prêcheur malien qui a rassemblé au stade du 26 mars de Bamako près de 90 000 personnes lors du Maouloud 2017.

Cependant Ousmane Madani Haïdara dit, pour l’instant, ne pas adhérer à l’idée de renoncer aux 150 ha : « Cette idée me dérange. Pas parce que je ne pourrais pas avoir de terrain mais parce que cela donnera une mauvaise idée du pays. Qu’est ce qu’on dira de mon pays ? Je ne peux pas renoncer à cet honneur pour l’instant. C’est un honneur des autorités de mon pays. Et l’honneur ne se refuse pas. C’est les Maliens qui vont se rassembler là-bas, sinon ni moi ni mes enfants n’y passeront une seule nuit... Et si nous sommes réellement dans un état de droit, on doit se soucier de la sécurité de tout ce monde qui fait le déplacement lors du Maouloud. »

Concernant le bilan du Maouloud 2017, selon les organisateurs, l’organisation a été assurée par 4602 personnes. 86156 pèlerins venant de 28 pays auraient participé au Maouloud de cette année dont le cout s’élève à 300 000 millions de FCFA. Quid de l’apport de l’Etat malien à la bonne réussite de l’événement ? Selon le chérif Ousmane Madani Haïdara, l’Etat a tout juste mis à leur disposition des forces de l’ordre qu’ils payaient eux même. « Les forces de l’ordre qui étaient présentes à nos différentes cérémonies ont été payées pour venir sécuriser ceux qui ont fait le déplacement », a-t-il dit.

Madiassa Kaba Diakité

Le Républicain du 13 Décembre 2017

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés