Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actu...
Retour volontaire de migrants maliens de Libye : 155 de nos compatriotes retrouvent leur dignité

Les autorités maliennes ont procédé au rapatriement de 155 de nos compatriotes dont 23 femmes, 18 enfants, au nombre desquels 4 bébés en provenance de la Lybie. Ce vol intervient après ceux des 25 et 29 janvier et du 20 février 2018. Depuis le début de l’année, ce sont 637 personnes qui ont été rapatriés de la Lybie.

Après le rapatriement de 163 migrants le 25 janvier, de 162 le 29 janvier, et de 157 le 20 février 2018, le ministère des Maliens de l’Extérieur et de la Coopération africaine, avec le concours de son partenaire privilégié l’Organisation internationale de la migration(OIM), de l’ambassade du Mali à Tripoli et du Haut conseil des Maliens de l’Extérieur, a procédé au rapatriement de 155 Maliens, dont 23 femmes, 18 enfants au nombre desquels 4 bébés, le mercredi 28 février 2018.

Selon Salif Sidibé, Chargé de mission au ministère des Maliens de l’Extérieur et de la Coopération africaine, l’effort de rapatriement et de protection de nos compatriotes, où qu’ils se trouvent, promis par le gouvernement du Mali, continue de façon quotidienne. Aux dires de M. Sidibé, ce sont eux-mêmes qui ont exprimé le besoin de rentrer au pays. Le gouvernement en partenariat avec l’Organisation internationale de la migration a créé les conditions de leur rapatriement. Il a aussi affirmé que 350 Maliens en provenance d’Algérie regagneront le Mali le samedi 3 mars 2018.

À en croire Bakary Doumbia, Coordinateur de l’Organisation internationale de la migration au Mali, tous ces migrants seront intégrés dans le programme de réinsertion socioprofessionnelle de l’OIM : « Pour les 3 ans que dure le projet, nous étions censés recevoir 1900 personnes mais en 9 mois, nous avons reçu plus de 3000 personnes. Ce qui fait que nous sommes aujourd’hui à 200% du nombre que nous devons recevoir. Dans le premier volet de la réintégration, nous intervenons d’abord pour les migrants qui ont besoin de soins médicaux urgents et des enfants qui ont besoin de frais pour leur scolarisation. Le nombre élevé de migrants avait retardé les démarches mais dans une ou deux semaines, les premiers migrants vont recevoir leur réintégration ».

Diamouténé, Stagiaire

Du 05 Mars 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés