Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Autres Actus
En un mot : Dilemme cornélien

Les accusations contre les Forces armées maliennes (FAMa) se multiplient depuis vendredi et on évoque plus de 30 personnes exécutées depuis le début de l’année contre une dizaine en 2017, selon Human Right Watch et les associations de défense des Peulhs.

Tabital Pulaku écarte toute idée de tentative d’évasion des 14 Peulhs concernés par le drame de vendredi et assure même qu’ils ont été "exécutés sommairement", ce que réfute pour l’heure le gouvernement qui a saisi un procureur militaire pour enquêter.
Toujours est-il que ces accusations mettent le gouvernement dans une position délicate, car elles l’obligent à ne pas s’attirer les foudres des bien-pensants d’un côté et de l’autre côté ceux qui le trouvent incapable de châtier les présumés coupables pour ne pas provoquer des révoltes au sein des FAMa soumises à de fortes pressions dans les localités du Centre où il est impossible de faire le distinguo entre jihadistes et paisibles citoyens.

La gêne du ministre de la Défense et des Anciens combattantes est perceptible dès qu’il se prononce sur le sujet. Il ne peut alors botter en touche les accusations portées contre les FAMa et afficher en même temps une confiance sans limite en nos hommes en uniforme.

Le gouvernement est désormais placé entre l’enclume du soutien sans faille aux FAMa et le marteau du monde entier.

DAK

L’Indicateur du Renouveau du 10 Avril 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés