Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Le Débat
Répression des manifestations a la société des mines de KOMANA (SMK SA) : Plusieurs civils tués par des balles réelles

La manifestation de la population du village de Bougoudalen dans le cercle de Yanfolila contre l’interdiction d’un site d’orpaillage a tourné au vinaigre. Les forces de l’ordre ont fait usage de leurs armes tuant trois (3) civils et une trentaine de blessés.

Selon nos sources tout est parti d’un site d’orpaillage du nom de « Dola » situé dans le village de Bougoudalen à quelques kilomètres de la nouvelle mine d’or de Komana dans le cercle de Yanfolila. Ce site d’orpaillage est un lieu où les habitants du village venaient chercher de l’or pour subvenir à leurs besoins quotidiens.
Malheureusement, depuis l’installation de la nouvelle mine d’or de Komana les orpailleurs ont été sommés de quitter le lieu au motif que le site se trouve dans la superficie exploitable de la SMK.

Mais avant de chasser les orpailleurs, des propositions ont été faites par la direction de la mine. Parmi ces propositions, on peut citer des activités génératrices de revenus et le don des graviers aux villageois chaque jour durant deux ans.
Partant de ce constat, la direction de la mine a donné un ultimatum aux arpailleurs de vider le lieu pour permettre à la mine d’exploiter le site. Cet ultimatum a été une goutte qui a débordé le vase.

C’est dans ce contexte que les populations ont manifesté le dimanche 20 mai dernier en s’attaquant aux installations de la SMK. Selon nos sources, un travailleur blanc de la société a même été longuement retenu en otage par les manifestants en colère.
Face à la colère des populations locales, la direction de la mine a sollicité et obtenu des renforts des forces de sécurité pour maintenir l’ordre. La clôture du site d’orpaillage de Dola à Bougoudalen par la SMK le 28 mai 2018 a mis le feu au poudre. Ayant appris la nouvelle, une centaine de personnes en colère se sont dirigées vers les installations de la mine le mardi 29 mai 2018.

Au cours des affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants, des balles réelles ont été tirés. Le bilan est lourd : quatre (4) civils tués et une trentaine de blessés dont 4 graves. Les blessés ont été évacués à Bamako. Du côté de la mine plusieurs matériels ont été saccagés. Plusieurs manifestants ont été également arrêtés.

A en croire nos sources, parmi les manifestants figuraient, plusieurs étrangers dont des Burkinabés, des Guinéens et des Sénégalais.

Le Gouverneur de la région de Sikasso, les députés du cercle de Yanfolila et les autorités locales ont effectué le déplacement sur le site pour constater les dégâts et présenter leurs condoléances aux familles des disparus.

Au moment où nous mettions sous presse, la situation était toujours tendue et les populations entendent poursuivre leur manifestation jusqu’à l’arrêt de toutes les activités au sein de la mine. Pour précaution, la direction de la SMK a évacué l’essentiel de son personnel sur Yanfolila. Une enquête a été ouverte pour situer les responsabilités dans cette tuerie.
Le sang risquera de couler encore si les plus hautes autorités ne font pas quelques choses.

Wassolo

Du 04 Juin 2018

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés