A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
JIA : Pour l’industrialisation du “ MADE IN MALI”
19 Novembre 1968- 19 Novembre 2018 : Requiem du pouvoir militaire qui renversa Modibo Keïta !
Qualification pour la can 2019
Les échéances électorales de 2019 officialisées
Lutte contre la mortalite infantile : La fondation Bill et Mélinda Gates...
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Au Mali, les festivités seront au rendez-vous du 29 novembre au 02 décembre 2018.

Mardi 20 Décembre, L’Afrique célébrera la journée consacrée à son industrialisation : La #JIA2018

Lire

21-11-2018

JIA : Pour l’industrialisation du “ MADE IN MALI”

 

Les échéances électorales de 2019 officialisées

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
19 Novembre 1968- 19 Novembre 2018 : Requiem du pouvoir militaire qui renversa Modibo Keïta !
Integration regionale : Le Mali évalué par des experts de l’Uémoa
#BLOG4DEV : Un concours de la Banque mondiale pour les blogueurs
Situation du pays
Angola : Sur 30 000 Maliens, 80% sont en situation irrégulière
Benbere : « Together we speak ! »
SEGOU ET MOPTI : Vingt milliards de F CFA pour assurer la stabilisation
AFRIQUE
L’Union africaine adopte certaines réformes internes

L’Union africaine a adopté dimanche un certain nombre de réformes visant à rationaliser l’organisation continentale et à obliger les Etats membres à respecter leurs obligations financières, lors d’un sommet extraordinaire convoqué pour faire avancer les changements débattus de longue date. Le président en exercice de l’UA, le dirigeant rwandais Paul Kagame, a salué les progrès réalisés lors du sommet qui s’est tenu ce weekend au siège de l’organisation à Addis Abeba malgré le fait que certaines de ses propositions de réformes aient été rejetées. "Aujourd’hui, nous avons lancé la Commission (l’exécutif de l’UA) sur une trajectoire plus performante avec des effets bénéfiques qui se feront sentir pendant des décennies", a déclaré M. Kagame, dont le mandat de président de l’UA expire au début de l’année prochaine. "Nous avons fait notre part du travail pour poursuivre le voyage et je m’attends à ce que le prochain (...) président de l’Union africaine poursuive sur la même lancée et avec les mêmes progrès ", a-t-il ajouté à la clôture du 11e sommet extraordinaire de l’UA. En 2016, celle-ci avait chargé M. Kagame de remanier l’organisation continentale qui est souvent considérée comme inefficace et trop dépendante des donateurs. Il a dévoilé ses propositions l’année suivante. Malgré des avancées enregistrées, la majorité des 55 Etats membres de l’UA ont rejeté le projet de M. Kagame de donner au chef de la Commission de l’UA le pouvoir de nommer ses propres adjoints et commissaires. Cela était considéré comme une mesure visant à rendre l’administration plus responsable devant son chef. Le sommet a toutefois soutenu les mesures visant à rationaliser l’organisation panafricaine tout en générant des recettes auprès des États membres et en sanctionnant ceux qui ne versent pas leurs contributions. L’UA dépend actuellement des donateurs étrangers qui, en 2019, paieront 54% d’un budget total de 681,5 millions de dollars (596 millions d’euros)... AFP

Côte d’Ivoire
Le Raci appelle Guillaume Soro à se présenter en 2020

Près d’un millier de partisans de Guillaume Soro étaient rassemblés le 18 novembre à Abidjan à l’occasion du 5e conclave du Raci, un mouvement dont le président de l’Assemblée nationale est le président d’honneur. « Soro, 2020 », « Soro, 2020 », scandait la foule. Si Guillaume Soro n’a pas encore dit s’il sera candidat à la prochaine élection présidentielle, ses partisans n’ont pas l’ombre d’un doute. Près d’un millier étaient rassemblés dimanche 18 novembre à l’hôtel Sofitel Ivoire d’Abidjan, où le Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (Raci, dont Guillaume Soro est le président d’honneur) organisait son 5e conclave. Absent, l’ancien Premier ministre était représenté par de nombreux proches, certains venus de l’étranger comme l’ancien ministre congolais, Alain Akouala, le 4ème vice-président de l’Assemblée nationale sénégalaise, Abdou Mbow, ou l’ex-ministre guinéen, Malick Sankhon. Autour d’eux, Anzoumana Moutayé et Daniel Aka Ahizi (présidents du MFA et du PIT), Konaté Navigué (représentant du Front populaire ivoirien de Pascal Affi N’Guessan) et une forte délégation du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) avaient fait le déplacement. À la tribune, Kanigui Soro, président du Raci, a appelé l’ancien chef de la rébellion à se porter candidat, urgeant ce dernier « à poser dans les meilleurs délais un acte fort et sans équivoque dans ce sens parce que le peuple de Côte d’Ivoire attend cela ». « Le devoir vous appelle », a insisté le député. Le 18 août, l’Union des soroïstes (UDS, un autre mouvement créé par des proches de l’ancien rebelle) avait déjà fait de Guillaume Soro son candidat à la présidentielle.Une candidature incertaine. Particulièrement discret depuis de longues semaines, le président de l’Assemblée nationale intrigue. Insondable, il s’est éloigné du projet de parti unifié RHDP, sans pour autant couper officiellement les ponts.Son positionnement irrite les caciques du pouvoir. Certains l’appellent à choisir son camp, menaçant de s’attaquer à son poste au perchoir. ...JEUNEAFRIQUE

ALGERIE
Message du président algérien au Maroc, sans réponse à l’appel au dialogue

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a envoyé dimanche au roi du Maroc Mohamed VI son traditionnel message pour l’anniversaire de l’indépendance du pays, sans y répondre à sa proposition de lancer un "dialogue franc et direct" entre les deux voisins. Le 6 novembre, Mohamed VI a proposé la création d’un « mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation » afin d’améliorer les relations avec Alger, plombées par le contentieux du Sahara occidental. Son discours a coïncidé avec le 43e anniversaire de la « Marche verte », début de la prise de contrôle par le Maroc de cette région. Les autorités algériennes n’ont toujours pas réagi officiellement à cette proposition. Dans son message, M. Bouteflika rappelle simplement sa « détermination » à « consolider les relations de fraternité et de solidarité qui unissent » les deux voisins et à des « relations bilatérales basées sur le respect mutuel ». Ces termes sont peu ou prou ceux utilisés dans les messages qu’adresse le chef d’Etat algérien au roi du Maroc, à l’occasion des fêtes nationales ou religieuses. La frontière terrestre Algérie-Maroc est fermée depuis 1994 Dans son discours, Mohamed VI s’est dit « ouvert à d’éventuelles propositions et initiatives émanant de l’Algérie ». Le Maroc contrôle 80% du Sahara occidental, ex-colonie espagnole qu’il considère comme partie intégrante de son territoire. Alger soutient les indépendantistes du Front Polisario qui ont combattu militairement les troupes marocaines entre 1975 et 1991 et réclament depuis un référendum d’autodétermination. La frontière terrestre entre l’Algérie et le Maroc est fermée depuis 1994 et la dernière rencontre entre les deux chefs d’Etat remonte à 2005. Organisées par l’émissaire de l’ONU, l’ex-président allemand Horst Kohler, des discussions internationales sur le Sahara occidental, les premières depuis 2012, doivent réunir les 5 et 6 décembre à Genève le Maroc, le Front Polisario, l’Algérie et la Mauritanie. JEUNEAFRIQUE

NIGERIA
le président Buhari lance officiellement sa campagne

Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a lancé officiellement la campagne électorale en vue de l’élection présidentielle, où il est candidat à sa propre succession et entend poursuivre sa lutte contre la corruption.Dans ce pays de 180 millions d’habitants, les électeurs sont attendus aux urnes le 16 février, quatre ans après la victoire historique de M. Buhari qui l’a vu devenir le premier candidat de l’opposition au Nigeria à battre un président en place.Mais l’ancien général de 75 ans, qui avait déjà dirigé le pays entre 1984 et 1985 pendant les dictatures militaires, doit aujourd’hui affronter une vague de mécontentement populaire et une opposition de plus en plus organisée. Lors du lancement de sa campagne dimanche soir à Abuja, il a affirmé avoir tenu ses promesses en termes de sécurité, d’économie et de lutte contre la corruption. Mais il a reconnu qu’il restait du travail à faire pour que tout le monde puisse en bénéficier, pas seulement quelques-uns, dans un pays où les inégalités entre riches et pauvres sont colossales et où les infrastructures de base (électricité, hôpitaux, routes,...) sont toujours déficientes. "Les choix que nous faisons aujourd’hui modèleront notre avenir, notre sécurité économique et notre prospérité future", a déclaré le candidat du parti au pouvoir, le Congrès des progressistes (APC). "Le Nigeria, plus que jamais, a besoin d’un gouvernement stable, tourné vers le peuple", lors d’un message diffusé à la télévision. - Corruption - Le Nigeria, premier exportateur de pétrole du continent africain, est gangréné par la corruption et ce thème sera vraisemblablement au coeur de la campagne. Dès son arrivée au pouvoir en 2015, M. Buhari s’était engagé à récupérer les "sommes astronomiques" d’argent public volé sous les administrations précédentes. La semaine dernière, le directeur de l’agence anti-corruption (EFCC), Ibrahim Magu, s’est félicité d’avoir saisi l’équivalent de 2,3 milliards de dollars, ainsi que des "villas, stations essences, bijoux, voitures, terrains..." ...AFP

 

Au Mali, un concert événement de Salif Keïta rend hommage à une fillette albinos assassinée
La légende de la musique africaine Salif Keïta a présenté samedi soir son nouvel album à Fana, petite ville du Mali où une fillette albinos de cinq ans a été assassinée en mai, lors d'un concert hommage destiné également à dénoncer les meurtres rituels d'albinos en Afrique. Dans un stade de football archi-comble, un événement jamais vu dans cette localité de quelque 20.000 habitants située à (...)
 

Nouveau traitement contre la mortalité infantile : Pr. Samba Sow en tournée d’information et de sensibilisation
Le ministre de la Santé et de l'Hygiène publique, Pr. Samba Sow, accompagné d'une délégation de l'Université de Maryland, avec l'appui de la Fondation Bill et Mélinda Gates, a effectué, le vendredi 16 novembre une tournée dans les communes de Sido, de Kokélé et de Bougouni. L'objectif de cette tournée était d'informer et de sensibiliser les populations sur le nouveau projet qui vise à (...)
 

© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés